Qu'est ce un bertso?  |  Histoire du bertsolarisme  |  Histoire sur les championnats  |  Transmission du bertsolarisme  |  Bertsozale Elkartea  XDZ 

 

Petit histoire sur les championnats nationnales

1. Introduction
2. Les championnats de l'avant-guerre (1935-1936)
3. Les championnats organisés par Euskaltzaindia (1960-1982)
4. Les championnats organisés par Bertsozale Elkartea (1986-  )
5. Champions

Voir aussi:

Introduction

[au début]

Le championnat de Navarre débuta l'année ou Txirrita fût Champion du Pays Basque. En effet, pour ce championnat appelé « journée des bertsularis » trois joute de qualification se déroulèrent à Tolosa, à Azpeitia et à Elizondo. On peut dire que cela fût une nouvelle ère du bertsularisme en Navarre car même si tous les bertsularis navarrais ne participèrent pas ce fût le premier pas d'une longue histoire.

Après le long silence dû à la guerre, une deuxième ère du championnat débuta grâce à l'aide de l'institution Principe de Viana qui organisa l'événement de 1960 à 1966. Ce fût l'occasion pour les bertsularis de la haute Navarre de se faire connaître, ainsi que d'étendre cette pratique à l'intégralité du territoire navarrais.

Comme le championnat du Pays Basque, le championnat de Navarre disparût jusqu' en 1979. Cette année là, on organisa le prix Paulo Yantzi et depuis le championnat de Navarre a eut lieu chaque année sans exception.


Les championnats de l'avant-guerre (1935-1936)

[au début]

Organisés par l'Association Euskaltzaleak et l'organisation des jeunes nationalistes Eusko Gaztedi, ses membres transcrivent les bertsos chantés dans les championnats qui se déroulent en 1935 et 1936 dans les théâtres Poxpolin et Victoria Eugenia de Donostia. 20 bertsolaris de tout le Pays Basque participent dans le premier et il n'y a pas d'éliminatoires préalables. Ignacio Eizmendi, Basarri, collaborateur habituel du journal Euzkadi s'y trouve. Il s'agit du bertsolari instruit de l'époque et une valeur sûre pour le nationalisme. Il devient le premier champion.

Dans le second championnat, 30 bertsolaris participent pour les 10 places de la finale. Un assidu des taudis, un bohème rural, un génie de l'improvisation, Jose Manuel Lujanbio, "Txirrita", relégué au premier championnat arrive à cette finale. Txirrita est le lien avec le bertsolari du XIXème siècle, il a entendu chanter Xenpelar, il a rivalisé avec Pello Errota et Otaño, cela fait plus de soixante ans qu'il boit et qu'il chante de village en village et qu'il publie des feuilles satyriques d'une rare élégance et de grande perfection dans la forme. C'est un mythe vivant, et bien qu'il soit l'antithèse du modèle que les organisateurs recherchent, nul ne peut lui ôter ses mérites. Vieux, fatigué, analphabète, il est tout simplement génial sur scène. C'est le champion.


Les championnats organisés par Euskaltzaindia (1960-1982)

[au début]

Suite à une après-guerre de plus de vingt ans, l'académie de la Langue Basque obtient l'autorisation d'organiser un championnat de bertsolaris en 1960. 56 bertsolaris sont candidats dans les épreuves éliminatoires. Parmi les dix finalistes, Basarri est proclamé champion pour la deuxième fois.

 

Les championnats de 1962, 1965 et 1967 représentent la domination de Manuel Olaizola, Uztapide, vainqueur des trois épreuves. Uztapide a déjà participé au championnat de 1936, il a rencontré Basarri durant les travaux forcés auxquels ils avaient été condamnés. Tous les deux composent le couple qui maintient le bertsolarisme public pendant les dures années quarante-cinquante. Ils créent petit à petit l'ambiance minimale que les futurs bertsolaris recherchent, peu à peu ils seront entourés par de nouvelles générations.

Les championnats de 1962, 1965 et 1967 représentent la domination de Manuel Olaizola, Uztapide, vainqueur des trois épreuves. Uztapide a déjà participé au championnat de 1936, il a rencontré Basarri durant les travaux forcés auxquels ils avaient été condamnés. Tous les deux composent le couple qui maintient le bertsolarisme public pendant les dures années quarante-cinquante. Ils créent petit à petit l'ambiance minimale que les futurs bertsolaris recherchent, peu à peu ils seront entourés par de nouvelles générations. Lors du championnat de 1967, un grave incident va cependant marquer très fort, le monde du bertso: quand Xalbador est proclamé pour la dernière phase de la finale, une huée de plus de cinq minutes l'empêche de chanter. Xalbador est un bertsolari lyrique, quelque peu froid dans la forme et profond dans le message. Il faut encore rajouter son dialecte bas-navarrais, difficile pour un public guipuzcoan et peu instruit (l'euskara batua, la langue standard, n'est pas encore établie et encore moins diffusée). Il n'est pas "populaire" et il y a des intérêts mesquins en faveur d'autres bertsolaris non qualifiés. Quand il arrive enfin à se faire écouter, Xalbador est à la hauteur requise par la situation, il chante un bertso, devenu historique. Il ne peut quasiment pas le finir parce-que le public l'en empêche de nouveau. Cette fois-ci les huées sont devenues applaudissements enthousiastes. Cet incident affecte profondément les bertsolaris. Treize ans s'écoulent avant le championnat suivant.

Les championnats de 1980 et 1982 représentent un important renouveau pour le bertsolarisme, on constate la consacration de Xabier Amuriza. Ex-prêtre et ex-prisonnier politique, Amuriza symbolise une génération fortement engagée pour la cause nationale et la cause sociale. Pendant plus de six ans de détention, il a étudié, écrit, publié... On sait, au moyen des bertso-paperak qu'il compose en prison et qui circulent entre toutes les mains, qu'Amuriza est un extraordinaire bertsolari sur papier. En 1980, il prouve qu'il sait aussi improviser ("Gizona ez da ogiz bakarrik bizi", X. Amuriza). Tout en assumant le passé du bertsolarisme et ouvert aux influences de la poésie moderne, il rénove l'image, il introduit la métaphore, il apporte de nouvelles mélodies et il démontre que l'euskara standard est un langage aussi utile pour l'improvisation que tout autre dialecte. Compilateur, chercheur, pédagogue, écrivain, Xabier Amuriza est le modèle suivi par de nombreux bertsolaris actuels.

 

 

Les championnats organisés par Bertsozale Elkartea (1986-...)

[au début]

D'importantes différences de critère sur l'organisation des championnats éloignent considérablement les bertsolaris de l'Académie de la langue Basque. Les bertsolaris, soutenus par un groupe d'adeptes, décident d'organiser de leur côté les championnats de 1986. Cette décision est à la base de la création de Bertsozale Elkartea, notre association.

Une moyenne de 100 bertsolaris participent à ces championnats. Compte tenu que tous les candidats ne répètent pas systématiquement leur participation, le chiffre représente un indice de bonne santé. Un autre chiffre important est celui concernant le nombre de spectateurs. Tous les championnats organisés par l'Association se sont déroulés lors de la finale au vélodrome d'Anoeta (Donostia), qui a toujours éte plein à craquer, ce qui démontre le niveau de popularité atteint par le championnat..

Sebastian Lizaso, champion en 1986, est un génie de la dialectique ironique, du raisonnement rapide et mordant. Imbattable dans la controverse, Lizaso est l'héritier privilégié des historiques Txirrita et Pello Errota.

Jon Lopategi, champion en 1989, est un bertsolari de longue trajectoire, apparu pendant le franquisme et fréquemment poursuivi. Représentant authentique de l'école de Bizkaia crée autour des Enbeita, son bertso a toujours été une synthèse d'engagement et de bon goût.

Andoni Egaña, champion en 1993, 1997, 2001 et 2005, attiré vers le bertsolarisme par le modèle d'Amuriza, a su se créer un style personnel: délicat dans la forme, profond dans le raisonnement, cultivé dans l'expression, ironique dans l'humour. Actuellement, il est l'image de nombreux jeunes bertsolaris.

En 2009, Maialen Lujanbio sera la nouvelle championne des bertsolaris.


Champions

[au début]

urtea
lekua
txapelduna
1935
Donostia

Iñaki Eizmendi "Basarri"

1936
Donostia
1960
Donostia
1962
Donostia
1965
Donostia
1967
Donostia
1980
Donostia
1982
Donostia
1986
Donostia
1989
Donostia
1993
Donostia
1997
Donostia
2001
Donostia
2005
Barakaldo
2009
Barakaldo